Une complication, une calamité, UN AMOUR – Véronique Bizot- Editions Actes Sud-

véronique bizot 1 En  attendant la semaine prochaine, –puisque nous aurons enfin le plaisir de vous dévoiler la rentrée littéraire, pour laquelle nous lisons pour vous et nous   aurons de très très belles découvertes à vous faire partager ! – je vous emmène cette fois-ci, avec ce petit texte publié chez Actes Sud, de Véronique Bizot qui s’appelle :

« Une complication,  une calamité, UN AMOUR »              

Véronique Bizot n’a pas son pareil  pour jouer avec les mots, pour nous embarquer dans son univers à la fois dramatique, burlesque et elle se fait plaisir en écrivant et nous fait un plaisir immense avec ce tout petit texte, très particulier. Encore une fois, c’est dans un village écrasé par la chaleur que je vous emmène. Les maisons sont fermées. Elles ne s’entrouvent qu’en fin de journée, pour y laisser passer l’air.  Il vient d’y avoir un crime absolument terrible, dans une de ces maisons. Un homme âgé a été retrouvé mort. Il tenait sa brosse à dents dans une main. Il était impeccablement vêtu avec son pull en cachemire et il est mort le sourire aux lèvres. C’est une situation très compliquée pour la police…

Qui, va dorénavant habiter cette maison ? Effectivement pour le promoteur immobilier, c’est un peu compliqué de la relouer. Sauf qu’un jour, un couple arrive. Lui, s’appelle Brémart. C’est un homme épais, violent, agressif. Il va s’enfermer dans cette maison avec sa très très jolie femme, au sourire si triste. Elle possède un lévrier afghan.

Qui sont-ils ? –  C’est bien étrange !

Pourquoi venir exactement dans la maison du crime ? Un peu plus loin, dans l’arrière-cour de ferme, vit un homme. Il s’appelle Prévert et il est loin du poète que vous avez  connu ! Prévert est tueur à gages !…  Il est là pour remplir une mission.

Va-t-il y arriver ?

Serait-ce la mision de trop  ? Vous allez suivre le problème de Prévert. Vous allez suivre la visite-éclair à son employeur qui habite loin, sur une île !. Toute la famille l’emploie depuis de longues années. C’est le meilleur tueur à gages que vous pouvez connaître. Et pourquoi cette mission va échouer ? Qui doit-il tuer à nouveau ?

Le problème !  – Les tueurs à gages qui tombent amoureux deviennnent incapables de travailler.

Je vous laisse découvrir ce petit bijou littéraire.

Écoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine, en compagnie de Maxime Bonhomet, en cliquant ici !

Marie-Adélaïde de la Librairie Doucet/MChristine

Depuis « Les Jardiniers«  (2008), tous les livres de Véronique Bizot sont publiés chez Actes Sud, notamment « Mon Couronnement » (2010), « Un Avenir » (2011), « Âme qui vive » (2014) et « Futurs parfaits » (2018).

« Une complication, une calamité, UN AMOUR » – 78 pages – prix : 11 € – paru le 10/04/19

Publicités

LE SCHMOCK – Franz Olivier Giesbert – Éditions Gallimard

Le-Schmock

Une belle leçon d’Histoire et un récit captivant ! 

La guerre, ce sont des gens qui ne se connaissent pas et qui s’entretuent parce que d’autres gens qui se connaissent très bien ne parviennent  pas à se mettre d’accord.«  Paul Valéry (p. 92)

Le Schmock, un livre très bien écrit. Un roman avec une histoire d’amour, d’amitié quand même ! Un livre pas facile, pas drôle, mais au moins Franz-Olivier Giesbert tente de répondre aux nombreuses questions qui le taraudent depuis plusieurs années, essayant de comprendre : – Pourquoi les allemands ont autant plébiscité Hitler ? – Pourquoi certaines familles ont accepté l’arrivée d’Hitler, alors qu’il n’avait pas même été élu aux dernières élections législatives ? – Pourquoi tant d’allemands « biens », respectables, avaient pris à la légère cette montée du nazisme? Qu’était-il arrivé à leur pays, à cette Allemagne où naquirent des philosophes, des musiciens, des poètes connus.. Pourquoi n’avaient-ils pas vu les choses venir ?… Pourquoi les Juifs avaient tant tardé à s’enfuir ?

Par une saga, l’auteur va nous raconter, dans ce roman inquiétant, la vie de trois  familles différentes, avec Elie, Elsa, Lila, Karl, et à travers l’Histoire de la première et deuxième guerre mondiale, dans cette Allemagne du XXè siècle. Il va s’interroger et nous permettre de comprendre, d’expliquer la montée du nazisme, de cet antisémitisme et surtout de l’arrivée de cet homme au pouvoir. Comment cela est-ce arrivé ? Pourquoi ?

Bien sûr, il y a l’historique des idées, comment elles sont arrivées : la situation politique, c’est la crise économique, c’est le krach boursier de 1929, les alliances entre des partis extrêmes… Puis, sur quelques pages, l’auteur nous raconte l’horreur de ce peuple humilié, décrit les pogroms, et comment ceux-ci se déroulaient.

Un livre très concret, très bien construit qui pourrait éclairer et apprendre beaucoup à la jeune génération.

Un livre aussi qui invite à réfléchir sur le monde d’aujourd’hui et qui nous incite à rester vigilants pour que cette Histoire ne se reproduise plus ! A méditer !

Quant au titre,  Le schmock,  de l’humour yiddisch, mais à vous d’en découvrir la définition… Dans ce livre,  il y a  de l’amour mais aussi de l’humour yiddisch qui est très présent. 

Librairie Doucet/M. Christine

Le schmock -394 pages – prix : 21.50 € – (parution : juin 2019)

Franz-Olivier Giesbert, journaliste et écrivain, a publié des romans, des récits personnels, des livres politiques, des biographies. Parmi les derniers ouvrages, aux éditions Gallimard,  on trouve : – « La cuisinière d’Himmler » (2013) folio – « L’arracheuse de dents » (2016) folio – « Belle d’amour » (2017) – « La  dernière fois que j’ai rencontré Dieu » (2018)

Court vêtue – Marie Gauthier – Éditions Gallimard

« Vive, légère, alerte elle était comme un courant d’air… »

court vêtue

Un livre d’été, typiquement d’été. Il s’appelle « COURT VÊTUE. » C’est de saison ! C’est un  premier roman qui a été récompensé par le prix Goncourt du premier roman, 2019. Marie Gauthier signe un roman très chaud, très sensuel sur un petit village de France, écrasé par la chaleur. Ça rappelle un peu l’ammbiance de « L’Été meurtier » pour ceux qui ont vu le film. Gil (diminutif de Gilberte) est une très jolie jeune fille. Elle a 16 ans. C’est la fille du cantonnier. Ce village est atone. Gil s’ennuie. Elle travaille à la supérette et elle tient la maison de son papa puisque sa maman est partie depuis très longtemps. Un jour, ce cantonnier va prendre Félix qui a 14 ans,  il vient pour travailler, apprendre le métier, il ne connaît rien à la vie.  En fait d’apprendre le métier, il apprend les « petits coups » de blanc le matin et puis le « gros coup » de blanc le soir, à la fin de sa journée de travail et puis surtout il dévore des yeux, Gil. Il n’en revient pas de cette beauté, de cette fraîcheur, de cette spontanéité. Elle est solaire et parce que  Gil –il faut le dire– elle s’embête éperdument, elle a besoin de tellement d’attention qu’elle passe d’homme en homme. Ils sont tous bons à la faire exister, vibrer entre leurs bras. Il n’est pas question d’amour. Et que va-t-il se passer entre ces deux-là, Félix et Gil ?

Il est un peu jeune pour elle par rapport à l’ensemble de ses soupirants. Ça va nous emmener jusqu’au drame.

C’est un livre tendu. C’est un livre étouffant de chaleur. C’est un livre que vous n’oublierez plus !

Marie Gauthier est née à Annecy. Après des études de lettres à Lyon, elle s’est dirigée vers le théâtre. Elle vit à Paris. Court vêtue est son premier roman.

Marie-Adélaïde/Librairie Doucet/M. Christine

Court-vêtue 112 pages – prix : 12.50 € – paru le 30/01/19

Écoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu Maine en compagnie de Maxime Bonhomet en cliquant ici !

Hubert Reeves -J’ai vu une fleur sauvage- (l’herbier de Malicorne)- Éditions du Seuil/ – L’année du jardinier de Karel Čapek- Éditions 10/18

Promenez-vous dans les jardins, dans les bois, pour y faire de belles découvertes !

Juillet est passé ! Août est là ! Et si Dame NATURE qu’il faut absolument respecter et protéger, vous aidait à passer ces temps de canicule… Si les fleurs, les plantes et les arbres vous offraient un peu de fraîcheur ! 

Amusez-vous à parcourir ce florilège remarquable d’Hubert Reeves…j'ai vu une fleur sauvage hubert reeves

Présentation : « Le but de ces pages est de faire connaître un des domaines les plus admirables de la nature : celui des fleurs sauvages dans nos campagnes. Des splendeurs à portée de chacun, mais que l’on peut piétiner toute sa vie sans jamais se pencher pour les admirer. On passe ainsi à côté de joies, à coup sûr renouvelables chaque année. Ce plaisir intense exige un apprentissage : savoir reconaître ces fleurs demande un peu de patience mais se révèle gratifiant au possible, tant est grande la diversité des fleurs sauvages et leurs variations selon les moments de leur vie -et de la nôtre. Pour faciliter cette initiation, j’ai souhaité livrer mon rapport personnel à chacune de ces fleurs. » Hubert Reeves.

Chaque fleur est illustrée par de superbes photos couleur de Patricia Aubertin, prises dans la campagne de Malicorne (l’Yonne, au nord de la Bourgogne).   

De l’anémone Sylvie au myosotis, en passant par les dents-de-lion, de la pâquerette à la vesce sauvage, vous compléterez votre vocabulaire botanique… et  apprécierez toutes les explications fournies par Hubert Reeves.

 Hubert Reeves – » J’ai vu une fleur sauvage » -Points Seuil – Prix : 18 €

*********

L’ANNÉE DU JARDINIER – Karel Čapek- Editions 10/18

l'année du jardinier 2Ouvrage précédemment paru dans la collection « Domaine Étranger » créée par Jean-Claude Zylberstein Lannée-du-jardinier-de-Capek-Karel-Livre 3
– Titre original « Zahradnikův Rok » écrit en 1929 pour l’édition originale. P
uis ce  fut Éditions 10/18, Département d’Univers Poche, 2000 pour la présente édition.

Dans le jardin de Čapek on ne s’ennuie jamais. Mieux, on s’amuse.(Week-end, l’Express (Bruxelles) « Un petit trésor d’humour et de malice. » (Télérama)                                                                                                                                                                               (édition de 1929)

Les illustrations très humoristiques de ce joli petit livre ont été réalisées par Josef Čapek, le frère de Karel Čapek. Et comme le temps n’est jamais comme il faudrait, en ces temps de canicule, on peut retenir la prière du jardinier: « Mon Dieu, faites qu’il pleuve tous les jours, à peu près de minuit à trois heures du matin, mais que ce soit une pluie lente et tiède, afin que la terre puisse bien s’imbiber ; qu’il ne pleuve pas sur la lavande et toutes les autres plantes qui Vous sont connues, dans Votre infinie bonté, comme des plantes amies de la sécheresse ; si Vous voulez, je Vous en écrirai la liste sur un bout de papier ; et que le soleil brille toute la journée, mais pas partout (par exemple pas sur les rhododendrons), et qu’il ne soit pas trop ardent ; qu’il y ait beaucoup de rosée et peu de vent, une quantité raisonnable de vers de terre, pas de pucerons, ni de limaces, pas de moisissures, et que, une fois par semaine, il pleuve du purin étendu d’eau et de la fiente de pigeon. Amen. » Car sachez-le, il en était ainsi au paradis terrestre ; sinon, ça n’aurait pas si bien poussé là-bas, voyons. (p.79). Puis, plus loin (p.89), avec beaucoup d’humour l’auteur compare les fleurs aux femmes ; lorsqu’elles sont belles et fraîches, etc… (mais à vous de lire la suite !….)

Et comme les premières de couverture sont à chaque fois magnifiques, voici celle de l’édition précédente : cette belle brouette  remplie à foison de fruits et légumes que de bons jardiniers récolteront peut-être, cette année dans leur jardin, malgré la sécheresse !l'année du jardinier 1

Un livre qui date peut-être de 1929 mais « l’année du jardinier » est un livre  poétique et rafraîchissant, présenté comme un almanach, au fil des mois et des saisons. Une merveille d’humour pour tous ceux qui aiment ou non le jardinage et où chacun pourra s’y retrouver. Un livre qui n’a pris aucune ride où l’auto-dérision sur les manies du jardinier fait sourire. C’est franchement drôle,  parfois hilarant !

L’année du jardinier 153 pages – prix : 6.60 € (paru 6/10/11) traduit par Joseph Gagnaire – Illustrations de Josef Čapek, le frère de Karel Čapek. Editions 10/18

Librairie Doucet/M. Christine

 

 

 

Poulets grillés – Sophie Hénaff – Livre de poche –

poulets grillésUn polar décalé et jubilatoire ! Une bonne lecture estivale à mettre dans ses valises !

Nathalie est venue avec des livres écrits par Sophie Hénaff qui est à l’origine de  « Poulets grillés », sortis en livre de poche il y a quelques années déjà !.  Ce sont des polars ! C’est « esprit Polar. » Il est certain que les vrais amateurs de policiers ne vont pas forcément se retrouver dans les romans de Sophie Hénaff parce qu’il y a quand même beaucoup d’humour dans ses romans.

Poulets grillés, c’est l’histoire d’Anne Capestan, une femme-flic et qui, suite à une bavure, elle a tiré une balle de trop !…. Elle, qui travaille au 36, Quai des Orfèvres, est d’abord mise à pieds… A son retour, elle s’attend à être éjectée de la Police mais son chef lui annonce qu’elle est nommée chef d’une équipe. Elle écarquille les yeux, ! Puis, au fur et à mesure elle va comprendre qu’on la délocalise du 36, qu’elle va se retrouver dans un appartement à Paris et être à la tête d’une équipe de bras cassés. Ce qui n’est pas un cadeau ! Et on crée un service pour mettre à l’écart tous ceux dont on veut se débarasser -les bras cassés de la police- ! . Il y a celui qu’on surnomme la poisse, car il n’arrive que des malheurs à tous ses coéquipiers.., l’ex-inspecteur de la police des polices de l’IGPN qui est encore plus pourri que les autres ! Une « fliquette » qui écrit des romans policiers où elle se moque beaucoup de la police donc, on ne l’aime pas beaucoup puis, c’est l’ alcoolo de service… On lui confie toute cette équipe et on lui attribue ce qu’on appelle les « cold cases » des affaires non résolues, en somme ! Et  si vous voulez vous en occuper….débrouillez-vous !  – C’est vraiment une mise au placard. Sauf, qu’Anne Capestan a beaucoup de fierté, elle se dit qu’avec son équipe de bras cassés, elle  va essayer de résoudre certaines énigmes…

Il va leur arriver plein de choses. C’est très drôle ! Alors, c’est pour les amateurs d’Audiard, de San Antonio ! et pour tous ceux qui ont envie de rire…. C’est jubilatoire !.RESTER GROUPER

Nathalie/Librairie Doucet/M.Christine

Écoutez Nathalie de la librairie Doucet sur France Bleu Maine, en compagnie de Sophie Thomas,  en cliquant ici !

Sophie Hénaff a obtenu le prix des lecteurs polar. –« Poulets grillés » – 336 pages – prix : 7.30 € – « Rester grouper » – 320 pages – prix : 7.30 €

Les gratitudes – Delphine de Vigan – Editions JC Lattès

LES GRATITUDES

De la reconnaissance et  de la gratitude !

Vieillir c’est apprendre à perdre » : la mémoire, les repères, les mots, l’équilibre, la vue, l’ouïe, la boule…. (p.130)

Les gratitudes,  c’est l’histoire  de Michka, une vieille dame qui perd peu à peu l’usage des mots, de son autonomie, elle ne peut rester seule à son domicile ; elle doit se diriger vers un établissement pour personnes âgées. Mais  heureusement, auprès d’elle, pour l’entourer il y a  Marie –c’est comme sa fille-  qui fait ce qu’elle peut pour l’aider, Marie qui a beaucoup reçu de cette vieille dame, lors de son enfance et puis il y a Jérôme, l’orthophoniste…

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un parfum. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences » (p. 115)

Michka « un brin malicieuse » n’a pas tout perdu. Elle est drôle, elle garde encore sa lucidité et son humour, ce qui permet de mieux accepter ce déclin. Plus soucieuse pour les autres que pour elle-même, elle conserve aussi la gratitude envers ces personnes qui l’ont accueillie lorsqu’elle était petite et à qui elle n’a pas suffisamment dit « MERCI » ! 

Les gratitudes, un roman assez court mais qui ne peut laisser indifférent. Un roman émouvant, écrit avec une grande finesse et une extrême délicatesse.

Mille fois MERCI à Delphine de Vigan pour ce très joli texte !

Alors, n’oublions donc pas de dire : – Merci à ceux qui nous entourent et qu’on aiment, – Merci pour des petits riens, – Merci pour les grandes choses, ou tout simplement Merci d’être là !. Les « Mercis » n’ont jamais fait de mal à personne !..

Librairie Doucet/M.Christine

Les gratitudes » – 173 pages – prix : 17 € – (parution 03/2019)

Après « Les loyautés », Delphine de Vigan poursuit dans « Les gratitudes », son exploration des lois intimes qui nous gouvernent.Couronnée par de nombreux prix, Delphine de Vigan est notamment l’auteur de « Rien ne s’oppose à la nuit » et « D’après une histoire vraie ». Son oeuvre est traduite dans le monde entier.

Mes maisons d’écrivains – Évelyne Bloch- Dano – D’ Aragon à Zola – Éditions Stock

Mes maisons d'écrivains

Suivez Évelyne Bloch-Dano et faites de belles rencontres !

Pour ceux qui ne partent pas en voyage, voici une invitation au vagabondage et à la lecture !

Si vous ne partez pas en vacances, ce livre (qui n’est pas un guide touristique) est fait pour vous ! Un livre écrit par  Évelyne Bloch-Dano qui invite à la déambulation, dans les maisons d’écrivains qui y sont citées, mais aussi en rêvant, en imaginant depuis chez soi, ce que pouvait être la vie et  l’ambiance de ces maisons d’auteurs, en compagnie de cet  ouvrage qui les décrit formidablement bien. C’est dans plus de cent cinquante maisons visitées pour nous, que l’auteur nous accueille  –Et vous y serez bien reçus !-  Elle nous raconte les lumières, les odeurs, tout l’univers, tout l’environnement de chacune, que ce soit en France ou à l’étranger. Elle traque le détail vrai, se force à observer et à restituer le plus exactement possible le décor puis l’atmosphère dans laquelle vivait l’auteur.

Elle pense comme Gaston Bachelard « que la maison est un état d’âme » et « qu’il nous appartient d’en faire résonner les échos parfois lointains. Que c’est le reflet de notre vie intime, de notre création et que chaque maison a une histoire, chaque maison est une histoire ».

 Vagabondez et  Entrez !..

C’est par ordre alphabétique, en fonction de ses goûts, de ses lectures ou de l’actualité qu’ Evelyne Bloch-Dano a choisi de présenter ces maisons d’écrivains où figurent entre autres, quelques auteurs locaux de l’Orne, (son département d’adoption !) tels que Alain, le philosophe de Mortagne-au-Perche, Roger Martin du Gard à Bellême, Mirbeau à Rémalard, puis ceux des environs comme Marcel Proust sur la Côte fleurie à Cabourg et Trouville, dans le Calvados…,  Pierre Corneille à Rouen ou bien Victor Hugo à Villequier (Seine-Maritime) tout comme Emile Zola à Médan (Les Yvelines). Ensuite, vous pourrez rendre visite à  Boris Vian, à Pigalle, cité Véron à Paris dont  l’appartement est resté dans son jus et où des visites exceptionnelles peuvent être organisées. Ensuite, vous aurez l’occasion d’aller chez Colette à Saint-Sauveur-en-Puisaye (L’Yonne), une maison aimée, quittée, perdue puis retrouvée… Vous pousserez les portes de l’école du Grand-Meaulnes chez Alain Fournier, à Epineuil-le-Fleuriel (Cher) ou chez George Sand à Nohant (L’Indre).

Envolez-vous au Kenya dans la célèbre ferme africaine de Karen Blixen qui, lorsqu’elle arrive en 1914, était à deux heures, en char à boeuf, de Nairobi. Une plantation de café dont elle s’occupera, employant jusqu’à sept cents personnes. Un lieu qu’elle quittera en 1931… Ensuite, partez en Floride chez Hemingway, à Key West où il s’installe en 1928 ;  il y écrira de nombreux livres. La maison est apparemment très décorée et raffinée ; il y vit avec sa deuxième épouse Pauline Pfeiffer, la très chic collaboratrice de Vogue à Paris. La propriété de la famille qui accueille une soixantaine de chats polydactyles, est alors la plus grande de l’île !..

Dépaysez-vous en allant chez Marguerite Yourcenar, à Mount Desert, dans l’île d’Acadie, (au nord-ouest des États-Unis) ou tout simplement en France, à Saint-Jans Cappel, au coeur des monts des Flandres, d’où est issue Madame de Crayencour (son pseudonyme..)

Un livre qui donne envie de tout lire, mais qui donne vraiment envie de se rendre sur place pour mieux s’imprégner des lieux et surtout, de tout visiter !

Belle promenade à vous !* 

*(n’oubliez pas de découvrir la longue liste des auteurs et lieux qui n’ont pu être cités!..)

Librairie Doucet/M.Christine

Mes maisons d’écrivains – 416 pages – prix : 23.40 € – (parution :  04/2019)

Biographe, essayiste, Evelyne Bloch-Dano est l’auteur d’une oeuvre souvent primée et traduite où l’on retiendra, entre autres, les biographies de « Madame Zola » (1997) Grand prix des lectrices de Elle – « Madame Proust » (2004)  prix Renaudot de l’essai – « Le Dernier Amour de George Sand » (2010) – « Une jeunesse de Marcel Proust » (2017) prix Céleste Albaret – « La Fabuleuse Histoire des légumes » (2008) – « Jardins de papier « (2015) – et les récits remarqués et salués – « La Biographe » (2007) – « Porte de Champerret » (2013)

 

Figurec – Fabrice Caro- Livre de poche Folio

figurecCe livre plutôt sympa et drôle fait partie de notre sélection de livres de vacances au format poche. (Plus faciles à caser dans les valises !)

Fabrice Caro est l’auteur, pour ceux qui connaissent, de la BD « Zaï, Zaï, Zaï », qui était excellente. Il a sorti il y a quelques mois, un roman « Le Discours » qui était très drôle et devant le succès de son roman, l’éditeur a choisi de rééditer « Figurec », son tout premier roman passé un peu inaperçu.

A la lecture de ce livre, on pense au film : « Viens chez moi, j’habite chez une copine » avec Michel Blanc. « Figurec », c’est l’histoire d’un type, un quadragénaire dont on ignore le nom. Il n’a pas de vie amoureuse. Il écrit une pièce de théâtre et ça fait X fois qu’il recommence les premières répliques, et la pièce n’est pas finie !… Il est même sûr, qu’un jour sa pièce sera un grand succès…

En attendant, il squatte chez un couple de copains qui subviennent à ses besoins. Et pour tromper l’ennui dans la journée, il assiste aux enterrements d’inconnus, qu’il choisit, au hasard… C’est son truc !.. (une occupation comme une autre !) Donc, il détaille les enterrements auxquels il assiste, émet un commentaire sur l’assistance, sur  les hommages rendus au défunt, sur l’état et la forme du prêtre qui célèbre…

Un jour, il se rend compte qu’il n’est pas le seul à faire ça. Il repère un type qu’il croise lors de funérailles, n’ayant pas l’air, non plus, concerné par le défunt en question. Ils vont échanger et à ce moment-là, il y a toute une espèce de machination, un jeu de dominos qui se met en place et c’est très drôle… (Et il est impossible d’en dévoiler davantage….)

C’est de l’humour potache, ça fait vraiment rire et on est loin d’imaginer qu’un jour, quelqu’un puisse avoir ce genre de vie et d’occupations !..

Alors, lisez-le pour l’intrigue, pour le plaisir tout simplement !.. 

Et cet été, nos lecteurs peuvent profiter de l’opération Poche. Pour deux poches achetés, un vous est offert, selon une sélection.

Écoutez Nathalie sur France Bleu Maine, en compagnie de Maxime Bonhommeten cliquant ici !

Nathalie/MC

« Figurec » – 272 pages – prix : 7.40 € (parution en poche : 14/03/19)

La chambre des merveilles – Julien Sandrel – Le livre de poche Editions

la chambre des merveilles
Un petit bijou !
Un livre sorti depuis peu, aux éditions Le Livre de Poche et c’est le coup de coeur de Nathalie de la librairie Doucet !
L’été, on part souvent avec des livres de poche moins encombrants, plus faciles à transporter dans les valises.. Cet été a lieu une opération qui propose deux poches achetés, un offert selon une sélection ! C’est aussi l’occasion de parler des livres parus en grand format l’année précédente et qui sortent  en poche maintenant !. Et puisque c’est l’été, on essaie aussi  de parler de choses positives, de détente….
Alors, « La chambre des merveilles » même si l’histoire commence très mal, c’est un très joli livre ! On pleure, on rit, mais c’est un livre plein de bonheur !

C’est l’histoire de Louis, 12 ans, il vit avec sa mère qui est une career-woman très investie dans son travail, s’occupant seule de son garçon. Un week-end, ils vont se promener, il voudrait lui faire une confidence mais sa mère est toujours pendue au téléphone pour son boulot, comme d’habitude…  Louis part avec son skate, un peu agacé que sa mère se préoccupe davantage de son travail que de lui ! Il va se faire bousculer de plein fouet par un camion, il se retrouve à l’hôpital, plongé dans un coma ! C’est le début de l’histoire… Pour Thelma, la maman, c’est un peu compliqué  car elle se sent coupable. Les médecins lui annoncent au bout de quelques jours, que si rien ne s’arrange, si dans un délai de quatre semaines il n’y a pas d’amélioration, on débranche le respirateur ! Thelma en rentrant chez elle se terre dans la chambre de son fils et trouve sous le lit, un carnet où il a écrit tous ses rêves, tout ce qu’il avait envie de faire avant de devenir adulte. Elle se dit qu’elle va réaliser les rêves de son fils à sa place. Elle va se faire filmer et les diffuser dans la chambre d’hôpital, se disant que cela pourra peut-être, avoir une incidence sur son état de santé. Sauf, que les rêves d’un petit garçon de 12 ans, accomplis par une femme de 40 ans, peuvent être parfois très cocasses…(et on ne vous révèlera surtout pas la fin !)

C’est tendre, très touchant ! Un joli livre, plein de bonheur….
Et comme le dit Bernard Lehut sur RTL, c’est « LE LIVRE QUI VOUS FERA PLEURER DE BONHEUR. »

Coup de foudre partagé par le monde de l’édition à l’international, ce premier roman de Julien Sandrel, 37 ans, a déjà conquis plus de vingt pays avant même sa parution en France.

Nathalie/MC
Écoutez Nathalie de la librairie Doucet sur France Bleu Maine, en cliquant ici !

America – numéro 10/16 – François Busnel et Eric Fottorino – L’ Amérique comme vous ne l’avez jamais lue.

America numéro 10Pour nous faire rêver trois mois, peut-être…, AMERICA a revêtu sa couverture rose pour l’été 2019,  avant l’arrivée de la prochaine revue ! En attendant, plongez-vous dans les articles de Joan Didion et de Miguel Bonnefoy, ils  vous emmènent à Miami et à Hawaï !

Mais,  Que reste-t-il du RÊVE AMÉRICAIN C’est l’intitulé de ce nouveau n° 10 –  AMERICAN DREAM parue le 26 juin.

Dans l’intitulé, nous trouverons : 

. « Pourquoi Trump nous rend fous » de Lionel Shriver. La chronologie « Trois mois dans l’Amérique de Trump – La chronique du poisson rouge.

. Le grand entretien par T. C. Boyle,

. « La guerre contre l’intelligence » de William Finnegan

– Le dossier : AMERICAN DREAM  « Un rêve éveillé » de Dave Eggers « Le cauchemar américain » de David Vann – « Boulevard des rêves brisés » par Yann Perreau – « Rêves de milliardaires » de Philippe Coste

– Infographie Rêve ou réalité ? – Portfolio « Les Derniers cowboys » par Josh Haner – Récit JOAN DIDION « Lettres du Paradis »

Prix America « Les meilleurs Livres de l’année » Sont cités : « Le chant des revenants«  de Jesmyn Ward – « Nomadland » de Jessica Bruder – « L’empreinte » d’Alexandria Marzano-Lesnevich – « L’arbre-monde » de Richard Powers – « Corruption » de Don Winslow –« Le Mars Club » de Rachel Kushner –  « Orange Amère » de Ann Patchett – « Nuits Appalaches » de Chris Offutt – « Une éducation »de Tara Westover – « Perdre la Terre » de Nathaniel Rich. 

– In the city Miguel Bonnefoy « Les Portes de Miami«  – L’Amérique en films -Cinéma « Can you ever forgive me » – Douglas Kennedy –  Séries Orange is the new black par Julien Bisson –

LE GRAND ROMAN AMÉRICAIN : J. D. Salinger « L’attrape-coeurs » – Petite histoire d’un grand livre par  André Clavel – Morceaux choisis (VF & VO) –  Les grands classiques : Pourquoi j’aime J. D. Salinger par Julian Barnes, Jérôme Charyn – Jarvis Cocker, Jay McInerney, Rick Moody, Jonathan Safran Foer, Eudora Welty.

CHRONIQUES – « Les femmes et les enfants d’abord » Olivia de Lamberterie – Figures de Donald Augustin Trapenard.

Au prix de 19 €, cette revue trimestrielle est disponible en librairie et dans les kiosques à journaux !

Librairie Doucet/M. Christine