Lectures pour l’été ? Lire ou relire en vacances ! Mais quelles lectures ?

Partir en vacances avec des livres ! A savoir lesquels ?Livres et départ en vacances photo

Sous forme de lettre humoristique, voici une petite sélection de livres pour vous occuper dans les bouchons ou dans les longues files d’attente aux péages et dans les aéroports !…(chaque titre couleur et  caractère gras correspond à un titre de livre !)

Journal à rebours (Colette) avant le grand départ !

Bel Ami, (G.Maupassant)

Puisqu’On ne vit que deux fois (Ian Flemming), la Retraite sentimentale (Colette) ne saurait donc être Une saison en enfer (A.Rimbaud), elle ouvre au contraire La Vie devant soi (R. Gary), offre une nouvelle Voie d’accès au plaisir (J.Paul Dollé) et la possibilité de cultiver en Duo (Colette) ou à plusieurs, la période estivale !

Être un homme libre (M. Barrès), ne plus avoir Un fil à la patte (G. Feydeau), c’est pouvoir Aller à la recherche du temps perdu (M. Proust), Passer des Journées entières dans les arbres (M. Duras), faire Un pas vers la mer (Max Gallo), suivre lItinéraire de Paris à Jérusalem (Chateaubriand) ou partir Cinq semaines en ballon (Jules Verne), c’est peut-être ce qui  vous attend !

Ne plus être à une heure près (Boileau Narcejac), se retrouver à La Place de l’Étoile (Patrick Modiano) ou au Passage de l’Odéon (Laure Murat), écouter Les Brèves de comptoir (J-M. Gourio), se balader au Clair de Lune (G. Maupassant) De minuit à sept heures (M. Leblanc), dans Les Vignes du Seigneur (Robert de Flers) ou lors d’une Promenade au Phare (Virignia Woolf) et percevoir, au loin dans la campagne Le cri de la chouette (Hervé Bazin).

Si vous allez à L’Etranger (Albert Camus), si vous vagabondez par 29 degrés à l’ombre (E. Labiche), dans Le Désert, au Maroc (P. Loti) avec Un chapeau de paille d’Italie (E. Labiche), n’hésitez pas à vous reposer Sous les cèdres de l’Himalaya (R. Keepling)…, à moins de vous transformer en Pêcheur d’Islande (P. Loti) ou en Joueur d’échecs (S. Zweig)

Faites une Promenade autour de Paris (G. de Nerval), Ecoutez la chanson des rues et des bois (V. Hugo), savourer toujours et encore La douceur de la Vie (J. Romains) puis attablez-vous à La Rôtisserie de la reine Pédauque (A. France) ! Allez écouter Un concert chez les fous (Charles Folley et André de Lorde) ou bien, savourez L’Art d’être Grand-Père (V. Hugo)

Pas de bile et Vive la Vie ! (A. Allais). Si vous prenez La Route (J. Kerouac) des vacances, ne faites pas trop sauter Le Bouchon de cristal (M. Leblanc) ! Profitez-en et  mettez-vous surtout à L’Ombre du Vent (Carlos Ruiz Zafon) 

Pourquoi Une si longue lettre ? (Mariama Bâ) –Tout simplement pour vous souhaiter d’excellentes vacances avec de bonnes et saines lectures !

– Aux amis, pensez à écrire des cartes postales sinon, il vous reste à rédiger vos  Memoranda (Barbey d’Aurevilly),

La page n’est pas encore tournée (Henri Amouroux), vous ferez bien un petit détour et vous passerez bien Par chez nous (Cesare Pavese) ou du Côté de chez Swann (M. Proust) ! 

Avec notre meilleur souvenir de L’ÎIe du Point Némo (Jean-Marie Blas de Roblès)

       signé :  « Le Maître et Marguerite » (Mikhaïl Boulgakov) 

TOUTE l’ÉQUIPE DE LA LIBRAIRIE DOUCET VOUS SOUHAITE UN TRÈS BEL ÉTÉ ET D’EXCELLENTES VACANCES ! 

 

Publicités

UN PETIT MONDE, UN MONDE PARFAIT Marco Martella – Editions POESIS –

Un-petit-monde-un-monde-parfait

La poétique du jardin : un petit monde, un monde parfait.

« Le jardin soigne celui qui le soigne »

« On entre dans un jardin, parfois, comme on ouvre un livre […] Je remets  la clé dans ma poche, je me retourne et le jardin est là, offert. »

 Ainsi, Marco Martella  écrivain, jardinier, historien des jardins, propose une réflexion sur la place que le jardin occupe dans la modernité. Il nous éclaire sur les raisons qui poussent les hommes à cultiver des parcelles de terre destinées à devenir « des petits mondes, des mondes parfaits ».  Au fil des pages, on se promène dans les jardins célèbres : Bomarzo et Ninfa en Italie, Versailles,  Sissinghurst en Angleterre – la Vallée-aux-loups et jusqu’à St Cyr-la-Rosière dans le Perche ! (en France), mais aussi dans des enclos verdoyants plus intimistes et cachés. Il évoque les poètes qui, comme Philippe Jaccottet ou Chateaubriand, Herman Hesse ou Vita Sackville-West, ont exploré la question du paysage  et le rapport entre la poésie et la nature.

« Je suis attaché à mes arbres : je leur ai adressé des élégies, des sonnets, des odes. Je les connais tous par leur nom comme mes enfants ; c’est ma famille je n’en ai pas d’autres, j’espère mourir auprès d’elle. » (Chateaubriand)

Qui n’a pas rêvé  de son p’tit coin de verdure, de son p’tit petit coin de Paradis.?

C’est un  livre merveilleux fait pour vous détendre ! Un livre reposant à  mettre entre toutes les mains des amoureux ou non de beaux jardins.

C’est surtout une belle promenade littéraire à travers une douzaine de jardins (italiens, français, anglais) mais c’est aussi un livre charmant, plein de poésie.

  Cet été, laissez-vous transporter dans ces enclos verdoyants ! Osez pousser les portes de ces lieux magnifiques ! Offrez-vous et laissez-vous conter ces quelques balades littéraires, en compagnie d’écrivains connus  !

M. Christine

Marco Martella est écrivain, jardinier et membre de l’Institut européen des jardins et paysages. Depuis 2010, il dirige la revue « Jardins » aux Editions du Sandre et, désormais aux Pommes sauvages. En utilisant des hétéronymes, il a publié « Le Jardin perdu » (Jorn de Précy, Actes Sud, 2014), édités également en Italie et en Espagne

Un petit monde. Un monde parfait – 120 pages – prix : 18 €

MALA VIDA – Marc Fernandez – Livre de Poche

mala vidaLes bébés disparus de Franco  : un fait d’actualité.

En Espagne, depuis le 25 juin 2018 (premier procès des bébés volés du franquisme), de nombreux parents constitués en association, de nombreuses femmes se révoltent et dénoncent le scandale des « bébés volés » sous la dictature de Franco et bien au-delà. Des dizaines de milliers de bébés pourraient être concernés.  (Voir article Ouest-France du 27/06/2018 en cliquant ici)

Dans « Mala vida »,  Marc Fernandez met en avant cette sordide affaire de « bébés volés ». Vous suivrez Diego Martin, journaliste à la radio espagnole et animateur d’une émission d’investigation, politiquement classée à gauche. Mais il fait désormais face à l’omerta organisée par l’ AMP (Alliance pour la majorité populaire) arrivée au pouvoir. Pourtant Diego s’intéresse aux révélations d’ Isabel Ferrer, jeune avocate franco-espagnole porte-parole de l’Association Nationale des Enfants volés qui tient à faire la lumière sur ce scandale des « bébés volés », enlevés aux familles opposantes à Franco pendant la dictature et peut-être bien après….. 

Une enquête palpitante, glaçante qui rappelle les heures sombres de l’histoire récente de l’Espagne. Un roman noir d’actualité, bien documenté.

Ce premier roman de Marc Fernandez paru en poche en janvier 2017, fut une belle découverte. Finaliste du Grand Prix des lectrices de Elle en 2016.

Mala vida  – Livre de poche – 280 pages – prix : 7.10 €

M. Christine

** Et réagissez, le BLOG est fait pour cela aussi !**

Derrière le mur coule une rivière – Saverio Tomasella – Editions Leduc S.

SEMAINE BIEN-ÊTRE A LA LIBRAIRIE DOUCET 

Venez vous détendre JEUDI 28 JUIN à 18 heures pendant une heure !

Venez écouter et rencontrer pour son roman initiatique au lâcher-prise

Saverio TOMASELLA 

« Derrière le mur coule une rivière » 

 Vous repartirez Zen ! – Vous apprendrez à lâcher-prise pour profiter au maximum des vacances qui arrivent ! 

Ecoutez la présentation de ce livre par Nathalie de la librairie Doucet sur France Bleu Maine, en compagnie de Charlotte Bouniot, en cliquant ici.


derrière les murs

« Au bureau comme sur son tapis de course, à table ou au mariage de sa meilleur amie Flora, Estelle contrôle tout : rien ne doit lui échapper. Elle compte ses kilomètres et ses calories, ne tolère aucune erreur, ni dans les comptes de ses clients, ni dans le comportement de son petit ami, qu’elle congédie au moindre faux pas. Seule avec ses remords, elle s’épuise à ruminer ses échecs et son insatisfaction chronique. Jusqu’au jour où Béa, sa voisine, la soixantaine épanouie frappe à sa porte. Avec son rire et sa sensibilité, son franc-parler et sa délicatesse, ses délicieux petits plats et ses amis extravagants, cette bonne fée va bouleverser sa vie. Et petit à petit, par le chant, les rencontres, les voyages, Estelle va laisser sa vie reprendre des couleurs et abandonner cette charge mentale qu’elle s’impose. En s’autorisant à lâcher prise, elle va retrouver la confiance en elle et en les autres, et accepter d’aimer et de s’aimer. Inclus : un cahier pratique avec toutes les pistes pour apprendre à lâcher prise au quotidien. « 

à fleur de peau

À fleur de peau est son premier roman dans lequel il traite de son thème de prédilection : l’hypersensibilité.

Saverio TOMASELLA est docteur en sciences humaines (thèse codirigée par Serge Tisseron), psychanalyste, chercheur en psychopathologie clinique (université Paris 7) et auteur de nombreux livres chez Eyrolles/Le Livre de Poche dont : Le sentiment d’abandon (+ de 25 000 ex.), Hypersensibles (+ de 30 000 ex.). Il vit à Nice.

 

Le roman initiatique du lâcher-prise –  « Derrière le mur coule une rivière » 224 pages – Prix : 19 €

Nathalie/M. Christine

Petit manuel de navigation pour l’âme – Sabrina PHILIPPE – Editions Flammarion

SEMAINE BIEN-ÊTRE A LA LIBRAIRIE DOUCET 

petit manuel de navigation pour l'âmeVenez écouter  Sabrina PHILIPPE  Vendredi 29 JUIN à 18 heures  à la librairie Doucet  pour échanger autour du  « Petit manuel de navigation pour l‘Âme« : de la part d’un gardien de phare.

«Il m’a fallu du temps pour le comprendre, des expériences personnelles, professionnelles, intimes… mais la psychanalyse, la psychologie, la philosophie, la théologie, la spiritualité dans son ensemble sont les facettes d’un même diamant». Psychologue de métier, Sabrina Philippe s’est donnée pour mission principale la recherche de la connaissance de soi et la transmission de son savoir. Elle en propose ici la quintessence. »

Cet ouvrage est un manuel de développement psycho-spirituel, offrant un chemin thérapeutique et initiatique pour aller vers un mieux-être en 25 étapes incontournables et indispensables à toute transformation. S’inspirant de l’univers maritime, l’auteur guide le lecteur sur les flots de sa vie.

«Le navigateur, c’est votre âme, l’essence même de ce que vous êtes, votre embarcation, c’est votre existence, la mer représente le flux de la vie, et la plupart du temps, nous dérivons. […] J’ai toujours considéré le psychologue comme un gardien de phare, il éclaire la route de celui qui le consulte, lui montre les écueils, l’informe des profondeurs sur lesquelles il navigue. Il lui indique l’horizon, mais en aucun cas il ne conduit son embarcation.»

Sabrina PHILIPPE Psychologue et journaliste, a travaillé notamment pour Réservoir prod (Toute une histoire), le magazine Psychologie, et pour la radio (Europe 1). Elle exerce également dans un cabinet libéral et donne des cours de psychologie.

« Petit manuel de navigation pour l’Âme » : de la part d’un gardien de phare – 224 pages – Prix : 16.90 €

Nathalie/M. Ch.

Une histoire des abeilles – Maja Lunde – Editeur Les Presses de la Cité –

 

une histoire des abeillesVOILÀ À QUOI RESSEMBLERA LE MONDE SI UN JOUR LES ABEILLES N’EXISTENT PLUS !

Nous voici avec William qui va vouloir créer une ruche révolutionnaire.abeille

Dans ce roman, on va trouver trois destinées différentes. On commence en 1850 en Angleterre avec William qui est un scientifique passionné d’apiculture et son rêve est de créer une ruche révolutionnaire. 

Deuxième époque : on est à l’époque contemporaine (2007)  : on retrouve un apiculteur aux Etats-Unis dans l’Ohio, à qui il arrive tous les malheurs du monde car les essaims entiers de ses ruches disparaissent dont il a du mal à comprendre le phénomène. Pour lui, c’est une véritable catastrophe. Qui va donc reprendre les rênes de cette exploitation menacée ?

La dernière époque va nous plonger dans un futur proche, à la fin de ce siècle (2098)  en Chine où la plupart des insectes ont disparu et où les hommes sont obligés de polliniser les cultures entièrement à la main pour pouvoir survivre ! Vous rejoindrez  Tao qui passe ses journées à polliniser la nature avec ses mains car elle rêve d’un monde meilleur pour son petit garçon. Mais vous découvrirez aussi ce qu’il lui arrive après s’être aventuré seul dans la forêt.abeille et fleur

C’est une magnifique et passionnante réflexion sur les abeilles et les hommes, sur le phénomène auquel sont confrontés tous les apiculteurs, sur la disparition des abeilles, où on parle d’utilisation abusive d’insecticides, où on parle de monocultures intensives et qui fait rejoindre la réalité car il n’y a pas si longtemps, il était question encore récemment de la disparition des faux-bourdons.

Un sujet inquiétant qui  fait froid dans le dos ! Vous retrouverez tout cela dans ce roman qui est le premier roman pour adultes écrit par Maja LUNDE. Cet ouvrage est un véritable coup de maître ! C’est MAGNIFIQUE !

Un premier roman devenu Best-seller en Norvège et en Allemagne.abeille et fleur 2.jpg

Ce roman écologique est un véritable cri d’alarme sur la situation désastreuse dans laquelle se trouve notre planète. Un roman citoyen plus que nécessaire.  A  lire absolument !

** Et réagissez, le BLOG est fait pour cela aussi !**

Marie-Christine

Née à Oslo, Maja Lunde est scénariste et romancière norvégienne. Elle a écrit quelques romans pour la jeunesse, tels que : 2012 « Blagues et super tours » – 2012 : « A travers la frontière » sur la persécution des juifs en Norvège durant la seconde guerre mondiale – 2014 : « Bataille » – 2016 : « Snill »

« Une histoire des abeilles » – Traduit du norvégien par Loup-Maëlle-Besançon  (en cours de traduction dans une trentaine d’autres pays). – Les Presses de la Cité – 396 pages- Prix : 22.50 €

LE « UN » et 11 histoires de séduction- Hors série nouvelles – Eric Fottorino

HISTOIRES DE SEDUCTION 2

L’art de plaire et de séduire ! 11 histoires de séduction.

La revue le « UN » c’est une revue, c’est un hebdomadaire sur l’actualité, mais ce n’est pas que cela, c’est une revue qui publie des petits ouvrages hors série. Le « UN » on le rappelle, c’est un certain Eric Fottorino qui en est le directeur de publication. Et quand on parle d’Eric Fottorino, on sait qu’on va se faire plaisir avec des mots, avec de jolies tournures et de beaux objets. Vous savez, le « UN », c’est le  journal qui se plie dans tous les sens et il aime mettre en avant des auteurs et créer des recueils de nouvelles sur des différents thèmes : il y a eu les migrants, le voyage, la lecture. Et cette fois-ci, ce très joli livre-objet qui vient d’être publié est bleu. Les dessins sont magnifiques, le papier très agréable, pour nous donner envie de le toucher mais surtout de le lire  !. Sur ce hors série été 2018, vous avez 11  auteurs et pas des moindres : Philippe Claudel, Philippe Jeanada, François-Henri Désérable, Carole Martinez, David Foenkinos, Léonor de Recondo etc…. qui ont écrit 11 Histoires sur la  séduction. Alors, la séduction, c’est très large, c’est très vaste comme thème. On va aller effectivement de l’acte de séduire ou de ne pas séduire, d’avoir le droit de séduire ou de pouvoir s’organiser pour séduire. On passe sur des thèmes assez variés. Alors je ne vais pas raconter toutes ces histoires mais je vous invite vraiment à les découvrir. Philippe Claudel, entres autres, qui invente l’histoire d’un homme arrêté par la police : « EYES WIDE SHUT »  – Un homme qui risque pratiquement sa vie. Pourquoi ? Tout simplement parce que, assis dans le métro, face à une femme au joli visage et au teint de porcelaine l’a séduit et lui a plu. Il a osé lui faire un sourire et la regarder dans les yeux. C’était trop ! Elle va descendre du métro et se mettre à hurler puis porter plainte… Et il va être arrêté.  [C’est très intéressant comme vision mais cela fait froid dans le dos !]  C’est quelque chose qui pourrait se produire et tout peut basculer… On peut tomber dans l’inverse. C’est toujours le risque dans ce genre de moment. C’est l’excès, -le TROP-. Vous savez, on se dit que -le TROP- ça ne va pas ! Il faut rester -au BIEN- Mais si on cherche absolument  -le MIEUX- on va risquer quelque chose. Il faut trouver le bon dosage. On n’a pas forcément la solution !

Puis il y a d’autres textes, Philippe Jeanada avec son humour, choisira de nous emmener avec « Marcel à la plage ». C’est l’histoire d’un jeune homme parti comme tous les ans en vacances à Carnac-plage avec ses amis….  Tous ses copains sont surfeurs. Vous savez, ils se posent sur la plage, ils sont bronzés en une heure, ils ont le sourire parfait, les muscles qu’il faut.. et toutes les filles arrivent. Lui, ressemble plus à une endive, il a le cheveu un peu gras, à l’occasion de l’organisation d’un concours de séduction balnéaire il se rend compte que ses chances sont minces !  Mais cette année, c’est lui qui gagnera ce concours parce que, par le plus grand des hasards, il va découvrir le premier tome de « La Recherche du temps perdu » de Marcel Proust. Et ce petit côté intello qui lit Proust sur la plage, eh bien, je peux vous dire que ça fait des ravages et ça marche !…….mais surtout il va découvrir ce grand bonheur qu’est la littérature et l’œuvre de Marcel Proust ! 

Vous trouverez donc :  « Un remords ancien » de Véronique Olmi, « Le rouge-gorge » de Monica Sabolo « Mille roses rouges et blanches dans la maison bleue » de François-Henri Désérable« La Gouaille » de Carole Martinez« Septembre c’est tendre » de David Foenkinos « Le Trébuchet » de Léonor de Récondo – « Êtes-vous une salope ? » de Lola Lafon « Sans filet » de Olivier Adam« Toujours, le costume, toujours le cirage » de Kaouther Adimi.

Ces onze nouvelles autour de la séduction vous accompagneront peut-être au cours de l’été, sur la plage ou ailleurs – Très bel été avec ce petit livre bleu !

Ecoutez Marie-Adélaïde sur France Bleu, en compagnie de Charlotte Bouniot, en cliquant ici !

Marie-Adélaïde/M. Christine

HORS-SÉRIE NOUVELLES – ÉTÉ 2018 – Illustrations de Julie GUILLEM – 120 pages – Prix 6.90 €

Un été avec Homère – Sylvain Tesson – Editions Equateurs Parallèles

un été avec Homère

UN SYLVAIN TESSON HOMÉRIQUE !

Pour écrire « Un été avec Homère » Sylvain Tesson s’est retiré sur une île des Cyclades, au bord de la mer Égée, dans la lumière, l’écume et le vent. L’auteur nous invite à redécouvrir l’Iliade et l’Odyssée. « Nous sommes les enfants de notre paysage », écrivait Lawrence Durell.

« Un été avec Homère » est à l’origine une série d’émissions diffusées pendant l’été 2017 sur France Inter.

« N’entendez-vous pas la musique des ressacs en ouvrant ces deux livres ? Certes, le choc des armes la recouvre parfois. Mais elle revient toujours, cette chanson d’amour adressée à notre part de vie sur la terre. Homère est le musicien. Nous vivons dans l’écho de sa symphonie. »

Une belle balade aux côtés d’Homère.  Sylvain Tesson ancre ses réflexions dans l’actualité qui est la nôtre et ne manque pas d’adresser quelques subtils avertissements. Il nous offre de belles pistes de réflexion envers le progrès et notre prétendue modernité :

P. 68 : « Le fleuve Scamandre se cabre contre la rage achiléenne, il tente d’arrêter la démence, il déborde de son lit, il veut emporter Achille« ainsi la vague, à chaque instant, gagnait sur Achille, tout rapide qu’il fût : les dieux sont meilleurs que les hommes !. » (Illiade, XXI, 263-264)

« Achille lutte pour ne pas être noyé. Et si nous autres, les hommes, nous nous étions comportés à l’égard de la nature comme Achille envers les dieux ? Nous avons dépassé les bornes, harassé le monde, fait disparaître les animaux, fondre les glaces, s’acidifier les sols. Et aujourd’hui notre fleuve Scamandre, c’est-à-dire toutes les manifestations du Vivant, sort de son silence pour signaler nos excès. En termes écologiques, on dit que les signaux d’alerte sont dans le rouge. En termes mythologiques, on dit que les fleuves débordent de dégoût. Nous sommes comme Achille, poursuivis par les eaux. Nous ne comprenons pas encore qu’il faut ralentir notre course vers ce gouffre que nous continuons sottement à appeler le progrès ». (S.Tesson) –  N’est-ce pas d’actualité ?

« Pourquoi ne fredonne-t-on pas des vers d’Homère comme des tubes de l’été ? se demande Sylvain Tesson… Et si c’était vous le premier à les chanter ? »

« Avec Sylvain Tesson, vous embarquerez pour un voyage inoubliable dans deux des plus grands poèmes et récits de tous les temps, plus contemporains que jamais ». (Les libraires ensemble)

Ce texte plein de saveur nous donne envie et nous incite à  lire ou relire L’Iliade et l’Odyssée. Alors, profitez de cet « Été avec Homère » pour lire ou déclamer ces poèmes à haute voix, debout, face au vent, face à la mer, face à la montagne….

« Un été avec Homère » Les Equateurs Parallèles/France Inter – 256 pages – Prix : 14.50 €

M. Christine

 

 

 

Mangées – Catherine Simon – Editeur Sabine Wespiesier

  • A Table ! Avec ces Mères Lyonnaises, un symbole de la cuisine lyonnaise !

    une histoire des mères lyonnaises

    Qu’elles aient basculé dans le luxe, façon Brazier, ou soient restées fidèles à une cuisine plus économe, les mères avaient nourri la ville entière. On passait de l’une à l’autre comme on change de chemise, se régalant ici d’une tarte légère à la praline, là d’un saint-marcellin crémeux ou d’une salade de cochonnailles. Souvent du solide, parfois de l’aérien. Toujours des produis frais. Pas de congélateur et quelquefois (chez les anciennes) pas de frigo. Elles formaient à elles seules une famille méconnue, hétéroclite et laborieuse, dessinant une géographie sociale de la ville, déroulant un siècle d’histoire. Elles avaient façonné les quartiers, les avaient bercés, accompagnés. »

    Un journaliste, Etienne Augoyard est chargé d’écrire une série d’articles sur les Mères Lyonnaises. Accompagné d’un photographe local, il mène son enquête et part sur les traces des Mères les plus célèbres, de celles qui ont fortement contribué à la réputation gastronomique de la capitale lyonnaise (la bistronomie avant l’heure). Ils vont à la rencontre de ceux ou celles qui  ont connu ou côtoyé ces « cheffes, affairées autour de leur piano de cuisson.. Ainsi, Catherine Simon dresse le portrait de ces femmes, parfois oubliées, qui ont marqué leur temps, d’excellentes cuisinières au caractère bien trempé, depuis les heures sombres sous l’occupation allemande, jusqu’à l’extinction des feux.

     

    Nous rencontrerons la fameuse Mère Brazier, la plus célèbre et la plus « étoile-michelinée » chez qui Bocuse a fait son apprentissage disant : (dans la Bonne Chère, en 1995)  « qu’elle inventait comme une courtisane lettrée. Elle fut notre Sévigné,  ajoute-t-il, l’une des grandes de notre tradition culinaire. Elle avait le talent de cuisiner pour deux cents personnes et que chacun ait l’impression de déguster un repas fin, préparé pour cinq à six convives ! » (p.19) – De La Génie, (Eugénie)« elle était haute en couleur, avait la parole facile et se donnait un type en portant d’originales anglaises »,  à Marie-Thé Mora ou chez Léa Bidaut ou Paule Castaing, elles étaient des femmes d’exception.

    Ce sont elles qui les premières ont proposé une cuisine élaborée au public et ont formé les chefs d’aujourd’hui. Elles sont à l’origine de la réputation gastronomique de Lyon. La plupart de ces femmes, d’origine modeste ont fait leur apprentissage très jeune, dans des conditions très difficiles, formées à l’école de la société bourgeoise. Elles ont osé, elles ont réussi ! Elles qui à l’époque n’avaient pas droit au chapitre et encore moins, tenir un compte en banque, ou tenir un commerce…

    Tout est fait pour vous mettre en appétit ! Vous trouverez même quelques recettes inédites à la fin de l’ouvrage. Si vous aimez la gastronomie, si vous aimez la ville de Lyon, ou simplement pour vous documenter sur l’histoire locale, ce livre est fait pour vous !

    En retraçant les grandes heures de la cuisine lyonnaise, Catherine Simon nous met l’eau à la bouche  en nous proposant ce livre parfaitement bien mitonné !

     M. Christine
  •  Mangées 260 pages – Prix : 21 €

Catherine Simon a grandi à Lyon. Écrivain et journaliste, elle a publié des romans noirs et des enquêtes. Elle a longtemps été correspondante en Afrique de l’Est pour RFI et Le Monde, puis au Maghreb pour Le Monde, dont elle a été l’une des grands reporters pendant plus de quinze ans.

 

 

 

Les Amnésiques – Géraldine Schwarz – Editions Flammarion

les amnésiques

« C’étaient simplement des Mitläufer, ils marchaient avec le courant. »

« Les Amnésiques », un récit presque un roman, une enquête, une autobiographie, une introspection familiale et bien au-delà… D’abord les soupçons d’une journaliste franco-allemande sur le passé d’un grand’père, un petit entrepreneur allemand dans les produits pétroliers, à l’égard des juifs à l’époque nazie, puis la vérité qui se dévoile petit à petit après et malgré une génération intermédiaire qui a tenté de tout occulter. Un terme qui revient « Mitläufer » que l’auteur traduit par «personnes qui suivent le courant» sous lequel s’est tapie l’ Allemagne, malgré et avec la complicité des pays vainqueurs et occupants, dont la France.

L’ Autriche, l’Italie, la France et d’autres pays, ne sont pas non plus épargnées par ce récit. La France également a connu ses « Mitläufer », pourtant à la Libération on lui a donné et elle s’est donnée l’illusion qu’elle avait toujours résisté massivement, à l’occupant et à l’antisémitisme… il faudra quelques années et deux générations pour qu’elle ouvre les yeux, aidée en cela par des films (Lacombe Lucien, Holocauste…), l’ouverture des archives américaines révélées par Paxton, et des procès retentissants bien que tardifs…

Réflexions et interrogations salutaires aussi sur notre époque prolongent ce récit remarquable, le tout avec une écriture sobre, patiente comme si l’auteur craignait de découvrir ce qu’elle allait découvrir et qu’elle pressentait malgré tout, et ce sans sombrer ni dans le pathos, ni dans le piège des donneurs de leçons…

Hubert/M. Christine

Géraldine Schwarz est une journaliste et réalisatrice franco-allemande vivant à Berlin. Ancienne correspondante de l’AFP en Allemagne, elle collabore avec plusieurs médias internationaux et enquête depuis quelques années sur les archives des services secrets fédéraux (BND)

« Les Amnésiques » – Géraldine Schwarz – 345 pages – Prix : 20 €