A LA CLAIRE FONTAINE (Tome 7) – COIFFEUR POUR DAMES (Tome 8) – M. C. BEATON – Editions Albin Michel

A LA CLAIRE FONTAINE ET COIFFEUR POUR DAMES  :  deux ENQUÊTES à suivre !

Vous vous souvenez certainement d’Agatha Raisin, cette nouvelle Miss Marple, version très moderne et très libre, qui a enthousiasmé des milliers de lecteurs en Grande-Bretagne.
Agatha, un rappel d’Agatha Christie bien sûr, des meurtres, des enquêtes et un petit village…des Costwolds, ce qui à tout pour plaire !

A la claire fontaine mcbeaton« A LA CLAIRE FONTAINE »                                                                       « Méfiez-vous de l’eau qui dort ! »

Nous sommes à Ancombe, dans les Cotswolds. Ce village possède une source d’eau douce réputée pour ses bienfaits.
Une société veut l’exploiter et ce n’est pas du goût de tous les membres du Conseil municipal. Faut-il s’enrichir et renoncer à la vie paisible habituelle ?
L’eau arrive dans une fontaine par une tête de mort et le Président du Conseil municipal y est retrouvé assassiné.

Agatha enquête bien sûr, aidée par son voisin et ami James Lacey. Cependant le contentieux est sévère entre eux (voir les épisodes précédents) et Agatha décide de se faire embaucher dans cette « compagnie des eaux ».

C’est enlevé, ironique, tonique, moderne, un bon moment de récréation.

coiffeur pour dames mcbeatonCOIFFEUR pour DAMES – « Une enquête à s’arracher les cheveux »

Il s’agit donc du deuxième volume et cette fois-ci nous allons chez le coiffeur. Mr John est un coiffeur extraordinaire qui a le talent de transformer la chevelure de ses clientes qu’il charme par la même occasion.
Agatha n’y résiste pas non plus. Il faut dire d’Agatha, même si elle culpabilise, est un petit peu « cougar » et que la fréquentation d’hommes plus jeunes ne lui déplaît pas. Cela lui permet aussi de moins souffrir du froid qui s’est installé entre elle et son voisin James Lacey auquel elle tient beaucoup.

Mais voilà : Mr John est empoisonné et meurt sous les yeux d’Agatha, dans son salon de coiffure. Agatha enquête tout naturellement, en plus de la police et elle prend des risques.
Les clientes de Mr John ont beaucoup de secrets et certaines semblent avoir eu des liens avec lui. Et que dire du chantage possible ?

De l’humour, un esprit caustique et toujours les ravissants villages de la si belle région anglaise des Cotswolds.

Les deux romans de ce jour vous permettront une détente certaine.

Marie-José/M. Christine

« A LA CLAIRE FONTAINE » – 220 pages- prix : 14 €uros  « COIFFEUR pour DAMES » 275 pages – prix : 14 €uros – « M. C. Beaton – 

Publicités

Les Délices de Tokyo – Durian Sukeawa – Livre de poche –

sapin brillant 2

étoile argentéeles délices de tokyo23/24 JOYEUX NOEL A TOUS

 Prix des lecteurs Sélection 2017 du Livre de poche.

Quelques douceurs pour Noël…mais japonaises!
Santaro est un pâtissier, marchand de « dorayakei », un gâteau japonais farci de « an », soit une pâte de haricots rouges. Délicieux, paraît-il, encore faut-il savoir le faire!
Une vieille femme l’observe et elle est prête à travailler pour lui…pour presque rien. Elle a les doigts déformés mais réussit merveilleusement bien et les ventes augmentent.
Elle porte un lourd secret et disparaît du jour au lendemain. Santaro veut la retrouver pour percer le mystère.
Outre une leçon de pâtisserie, c’est une leçon de vie qu’elle va lui offrir.

Ce roman qui semble léger est d’une humanité rare en même temps que de la véritable poésie.
Un petit bijou déjà adapté pour le cinéma et dont le texte convient si bien à cette période festive pendant laquelle, tout en se réjouissant, il est bon de penser aux autres.

Prix : 6.90 €uros livre de poche – Albin Michel GF (17.50€)

Merci à tous d’avoir suivi ce calendrier de l’Avent littéraire ! A l’année prochaine !

Toute l’équipe de la Librairie Doucet vous souhaite un JOYEUX NOEL et d’excellentes  fêtes !étoile argentée

 Retrouvez-nous ici sur ce blog dès janvier 2018 ! – Tous nos meilleurs vœux pour 2018 et………. A l’année prochaine !

Les Vies de papier – Rabih Alameddine – 10/18

étoile argentée21/24 Calendrier de l’Avent littéraire !  –  J – 3 avant Noël ! sapin brillant 2

les vies de papierPromenade dans Beyrouth

Prix Fémina étranger 2016

Aaliya Salah a été libraire à Beyrouth. Maintenant, à 72 ans, dans l’appartement où elle a toujours vécu, elle se livre au même rituel chaque 1er Janvier : elle commence à traduire en arabe l’une des œuvres de ses romanciers préférés. Kafka, Nabokov, Pessoa… Tout est entassé dans des cartons, en feuilles volantes, car jamais elle n’a pensé à être publiée. Elle le fait pour elle-même mais c’est inutile en soi.
Le titre original « An un necessary woman » (une femme inutile) est très explicite à ce sujet.
Elle se promène aussi dans Beyrouth, parle de sa vie, des autres « habitantes fantasques » de son immeuble, de ses lectures, de la guerre et de la ville en feu, de Beyrouth imprévisible.

Roman très érudit, à la fois beau te triste, joyeux et drôle et surtout une véritable déclaration d’amour à la littérature.
C’est excellent.

Prix :  8.10 € – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard.

Toute l’équipe de la Librairie Doucet vous souhaite de bons préparatifs et de Joyeuses fêtes de fin d’année !étoile argentéePour ne rien manquer, retrouvez-nous ici jusqu’au 24 décembre !

Les étoiles s’éteignent à l’aube – Richard Wagamese – 10/18

sapin brillant 2étoile argentée18/24 Calendrier de l’Avent littéraire !**

les étoiles s'éteignent à l'aubeDernières lueurs

Lorsque Franklin Starlight, âgé de 16 ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie-Britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé des origines indiennes des deux hommes. Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédées au nom de l’amour. Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.

Prix : 7.50 € – Traduit de l’anglais (Canada) par Christine Raguet.

Toute l’équipe de la Librairie Doucet  vous souhaite de bons préparatif  et de Joyeuses fêtes de fin d’année !

étoile argentée**Et  pour ne rien manquer, retrouvez-nous ici jusqu’au 24 décembre !

Le gang des rêves – Luca Di Fulvio – Pocket

12/24 calendrier de l’Avent littéraire !**sapin brillant 2

étoile argentéele gang des rêves

Un rêve américain !

LE GANG DES RÊVES

New-York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se remet à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

Prix : 9.30 €uros – 864 pages – Traduit de l’italien par Elsa Damien

Toute l’équipe de la Librairie Doucet vous souhaite de bons préparatifs et de Joyeuses fêtes de fin d’année !étoile argentée

**Et  pour ne rien manquer, retrouvez-nous ici  du 1er au 24 décembre !


 

Toute la lumière que nous ne pouvons voir – Anthony Doer – Livre de poche

6/24 Calendrier de l’Avent littéraire !

étoile argentéeToute la lumière que nous ne pouvons voir.

Deux destins particuliers que tout oppose

sapin brillant 2toute la lumière

« Une jeune aveugle, dont le père, chercheur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, cache de l’armée allemande un vrai faux diamant. Un orphelin allemand, réparateur de génie, utilisé par les nazis contres lesquels il se rebelle. Deux destins à part, deux enfants seuls, qui vont s’entrecroiser jusqu’à s’entremêler, sous les bombes allemandes qui pilonnent Saint-Malo. Elue meilleur roman de l’année 2015 par la presse américaine, cette aventure historique très documentée est une pure merveille. »

Prix : 8.90 €uros – Trad. anglais (Etats-Unis) Valérie Malfoy

Toute l’équipe de la Librairie Doucet vous souhaite de bons préparatifs  et de Joyeuses fêtes de fin d’année !

étoile argentéeEt  pour ne rien manquer, retrouvez-nous ici tous les jours du 1er au 24 décembre !

Une si longue lettre – Mariama Bâ – Motifs

3/24 Calendrier de l’Avent littéraire !sapin brillant 2

étoile argentée

une si longue letttre mariama ba
Une lettre pleine d’émotion !
« Une si longue lettre est une œuvre majeure pour ce qu’elle dit de la condition des femmes. Au cœur de ce roman, la lettre que l’une d’elle Ramatoulaye, adresse à sa meilleure amie, pendant la réclusion traditionnelle qui suit son veuvage. Elle y évoque leurs souvenirs heureux d’étudiantes impatientes de changer le monde, et cet espoir suscité par les indépendances. Mais elle rappelle aussi les mariages forcés, l’absence des droits des femmes. Et tandis que sa belle-famille vient prestement reprendre les affaires du défunt, Ramatoulaye évoque alors avec douleur le jour où son mari prit une seconde épouse, plus jeune, ruinant vingt-cinq années de vie commune et d’amour. »
« La Sénégalaise Mariama Bâ est la première romancière africaine à décrire avec une telle lumière la place faite aux femmes dans sa société. »
 Prix : 7.10 €

 

Toute l’équipe de la Librairie Doucet  vous souhaite de bons préparatifs 

et de Joyeuses fêtes de fin d’année !

étoile argentéeEt pour ne rien manquer, retrouvez-nous sur tous les jours du 1er au 24 décembre !

Ce qu’on entend quand on écoute chanter les rivières – Barney Norris – Editions du Seuil –

BARNEY nORRISCe qu’on entend quand on écoute chanter les rivières. 

Quel joli titre pour un bien joli roman !

Premier roman de Barney Norris,  auteur anglais, originaire du Sussex, de Salisbury exactement, belle ville d’Angleterre dotée d’une magnifique cathédrale, où se situe le roman.

Le premier chapitre de ce livre s’intitule d’ailleurs : « Une flèche enflammée tirée vers le ciel ». Il s’agit bien sûr du très haut et très beau clocher de la Cathédrale de Salisbury.

L’auteur, en quelques pages, nous raconte l’histoire de la ville en passant par les environs et le célèbre site de Stonehenge. Cinq rivières se rencontrèrent jadis à l’endroit où se dresse la ville.
Nous ne nous en rendons compte que plus tard car les cinq personnages, comme les cinq rivières, se rencontrent en quelque sorte non loin de la Cathédrale, lors d’un banal accident de la route.

– Rita, perdue, gouailleuse, qui a loupé sa vie, vend des fleurs au marché… et aussi de « l’herbe » pour arrondir les fins de mois.

– Sam, garçon timide, amoureux pataud dont le père tombe gravement malade.
– George, perdu lui aussi parce qu’il vient, ce jour-même, de perdre sa femme après 40 ans de vie sans nuage.
– Alison, femme d’un soldat en Afghanistan, mère de James en pension, donc seule et dépressive et qui se raccroche à son rêve.
– Liam, celui qui a tout vu du haut des remparts et qui lui aussi se cherche une vie.

Chacun a son chapitre à tour de rôle. La vie des uns et des autres y est racontée avec beaucoup de psychologie, soit par le personnage lui-même, soit sur un journal, soit par un narrateur…
C’est profond, cette vie de gens ordinaires, qui plane au-dessus du reste, qui coule dans les rivières et s’élève vers la flèche de la Cathédrale .

Beaucoup d’émotion à la lecture. Un beau livre.

Marie-José/M.Christine

« Ce qu’on entend quand on écoute chanter les rivières » – 304 pages – Prix : 20 €uros

« Barney Norris : retenez ce nom. A trente ans seulement, il signe un premier roman remarquable. » The Times

REVEILLER LES LIONS – Ayelet Gundar Goshem – Editions Presses de la Cité –

Réveiller les lionsUn roman israélien impressionnant.

Je vous emmène à côté de Tel-Aviv. Un jeune médecin neurochirurgien, Ethan Green, par intégrité, s’est fâché avec le grand professeur qui dirigeait l’hôpital, se rendant compte que pour être mieux soigné, quelques billets dans une enveloppe permettraient d’accélérer le processus. Il va se fâcher et sera gentiment muté dans un hôpital d’une petite ville, en plein milieu du désert. Peiné, il déménage avec femme et enfants mais continue son travail. Il aime beaucoup ce qu’il fait, il y croit.

Puis, un soir après sa longue garde, pour rentrer chez lui, deux possibilités s’offrent à lui,  soit prendre l’autoroute ou passer par les dunes, avec le rutilant 4X4, cadeau de son épouse. La musique à fond, il fonce. La lune est extraordinaire, se dit-il ! Au moment même où il fait cette réflexion, un choc se produit et pense qu’il a percuté quelqu’un. Ce n’est pas un animal. Il a bien vu une silhouette. Ethan, médecin, pense que c’est grave,  descend de voiture, marche sur le sable jusqu’à ce corps étendu. La tension est à son maximum. L’homme est mourant. Rien n’y fait. Catastrophé, Ethan l’abandonne, rentre chez lui mais ne prévient pas. Il s’endort malgré ce poids sur la conscience.

Le lendemain matin, sa femme commissaire de police part avec les enfants. Quant à Ethan, il se réveille après un coup de sonnette. Devant la porte, se tient une magnifique femme noire. Cette femme le regarde au fond des yeux, sans rien dire, lui tend un portefeuille, en disant : – je pense qu’il vous appartient et que vous l’avez oublié hier soir ! Et là, la spirale de l’horreur s’enclenche. Cette femme migrante est érythréenne. Elle exige tout contre l’acte puisque, Ethan a tué son mari.

C’est une forme de chantage…, de chantage affectif et ce qu’elle lui demande est assez beau : devenir le médecin des migrants et former un hôpital de nuit où il devra travailler chaque nuit. Ça pourrait être une forme de rédemption mais c’est très compliqué parce que, lorsque vous mentez à votre hôpital, quand vous mentez à votre femme, vous vous enfoncez dans une espèce de négation. Vous vous sentez coupable.

Il a un rapport très trouble avec cette femme : amour, haine… Elle le dérange mais ensemble, ils vont accomplir des choses très fortes pour soigner tous ces migrants.

L’histoire ne va pas s’arrêter là ! Il faut bien trouver un coupable pour ce corps !

  • Qui est chargé de l’enquête ? Ce n’est autre que sa femme ! C’est tout un engrenage qui se mettra en place. Le coupable idéal ! Ça peut-être un bédouin qui traîne dans le désert. Mais évidemment, non coupable ! Ce qui entraînera des rebondissements. Il y aura des répercussions épouvantables. ……… A cela, va se lier le destin de cette femme Sirkitt, une femme absolument incroyable qui s’est révélée après la mort de son mari. On verra tout ce qu’elle a subi et va encore subir. Puis il y aura des histoires de trafics de drogue, des meurtres rituels….

Et on verra comment évolue la situation,  celle d’une femme qui connaît la vérité et celle d’un homme qui cache quelque chose !…….

Ce texte est impressionnant. Vous le lisez d’une traite, sans vous poser de question. Le style est fort. Vous embarquez dans cette aventure et on peut parler de thriller psychologique puisqu’on se rend compte que cette action, cette journée, il suffisait de cinq minutes de différence pour que tout cela n’arrive pas.

Marie-Adélaïde/M. Christine

Réécoutez Charlotte Bouniot et M. Adélaïde Dumont en cliquant ici

Ayelet Gundar Goshem est l’auteur de : « Une nuit, Markovitch »

Réveiller les lions – 412 pages – Prix : 22,50 €

 

Les buveurs de lumière – Jenni Fagan – Editions Métailié-

les buveurs de lumièe« Les buveurs de lumière »

c’est le très beau titre du livre de Jenni Fagan !

MAD : Si vous avez un livre à lire, un livre d’anticipation, –il est vrai que l’on vous en présente peu- Lisez ce texte !  En fait, Jenni Fagan, c’est une poète. Elle a une écriture « crash », puissante, moderne et puis surtout de condensé de vie, absolument époustouflant !…

Nous sommes en 2020. Je vous emmène en Ecosse. Il fait grand froid. Il neige dans le Sahara et même à Jérusalem. Le monde est en train de subir une période glaciaire épouvantable. Tout le monde se réfugie comme il peut. On va suivre les aventures et la rencontre exceptionnelle de Dylan. Dylan c’est un géant barbu au cœur tendre, un peu inadapté à la société. Sa grand-mère Gunn et sa mère Vivienne avec qui il vivait dans un cinéma d’art et essai, viennent de décéder. Dylan tente de mettre les urnes contenant les cendres dans la valise, celle-ci ne fermant pas, alors il entrepose les cendres de l’une et l’autre, dans un pot de glace, puis dans un tupperware. Et le voilà parti (avec pour seul bagage les cendres des femmes de sa vie) vivre dans une roulotte au fin fond de l’Ecosse, d’où il verra passer le glacier, en train de fondre, refroidissant toute la planète (glacier à la dérive, que l’on aperçoit sur la première de couverture….)

Il va rencontrer des gens inoubliables. Il va trouver l’amour, trouver sa place dans la vie. Il y aura Constance. C’est une femme très débrouillarde, une femme très bricoleuse sachant tout faire. Elle vit également dans une caravane. Ils vont affronter des températures négatives qui oscilleront de moins 1°C à moins 5°C – voire jusqu’à moins 15°C -moins 50°C-60°C. Ils vont vivre dans des conditions épouvantables. (Vous verrez la fin !)

Il y a aussi Stella. Stella, c’est une histoire particulière. C’est la fille de Constance mais en fait, légitimement il s’agit de son ex-petit garçon. Et l’on va suivre les difficultés rencontrées chez cet adolescent, une adolescente qui change de sexe. Il y aura un sataniste persuadé que le monde court à sa perte. On se retrouve face à un gentil alcoolo, poète et rêveur. On va croiser énormément de personnages, mais ces trois personnages Dylan, Constance….ceux-là, vous ne les oublierez jamais !

C’est un texte d’une pureté, d’une beauté exceptionnelle ! Vraiment, ne vous posez pas de question, lisez ce livre, c’est l’un des plus beaux textes de la rentrée littéraire que j’ai lu aujourd’hui.

Une belle découverte.

CB  : – On vous sent vraiment très convaincue par ce roman « Les buveurs de lumière » ! Mais, j’ai quand même une question. Quand on parle de cette galerie de personnages, pourquoi les placer dans un roman d’anticipation ? Aurait-on pu les mettre dans un autre contexte ?

MAD : – Alors, je pense que l’auteur a voulu exacerber leur relation au monde, leur relation à ce monde difficile. Ils sont en marge de la société. Dylan n’a plus de travail, plus d’argent, son cinéma a été saisi. Constance vit de petits boulots, elle restaure des meubles qu’elle trouve dans une décharge. Ces personnages sont atypiques et je pense que leur réaction est peut-être un peu plus intéressante que celle de ces gens ayant une certaine stabilité, possédant une maison ou ayant un métier ; ils qui vont souffrir de cette période glaciaire…

CB : – De les placer dans un contexte difficile, ça exacerbe leurs sentiments, et cela vous allez le découvrir dans le roman coup de cœur de M.Adélaïde de la librairie Doucet !

Marie-Adélaïde/M-Christine

Jenni Fagan est née en Ecosse, en 1977 et vit à Edimbourg. Elle a publié de la poésie et remporté de nombreux prix littéraires. Son premier roman « Sauvage » (2013) publié dans neuf langues, a été unanimement salué par la critique et les lecteurs.

Les buveurs de lumière traduit de l’anglais (Ecosse) par Céline Schwaller – 300 pages – Prix : 20 €uros.

Réécoutez Charlotte Bouniot (CB) et de M. A. Dumont (MAD) en cliquant ici !